Capes Interne : Exploitation pédagogique de documents en langue étrangère

Un article de Wiki Agreg-Ink.

(Différences entre les versions)
Jump to: navigation, search
Version du 3 mars 2021 à 12:44
Dropscone (Discuter | contribs)
(Sujets d'annales des sessions précédentes)
← Différence précédente
Version actuelle
Dropscone (Discuter | contribs)
(Déroulement de l'épreuve)
Ligne 14: Ligne 14:
-Pendant la préparation,le candidat doit élaborer un projet pédagogique de lycée ou de collège selon ce qu'il a choisi à l'inscription à partir d' un support pédagogique sur papier ou vidéo. Les candidats doivent être conscient que tout document est potentiellement utilisable à des niveaux différents. Ce qui fait son adéquation avec le niveau d’apprentissage envisagé réside dans l’exploitation,les objectifs, les connaissances et les compétences visées.+Pendant la préparation, le candidat doit élaborer un projet pédagogique de lycée ou de collège à partir d' un support pédagogique sur papier ou vidéo qui lui est imposé. Les candidats doivent être conscient que tout document est potentiellement utilisable à des niveaux différents. Ce qui fait son adéquation avec le niveau d’apprentissage envisagé réside dans l’exploitation,les objectifs, les connaissances et les compétences visées.
=Questions à se poser pour répondre aux attentes du jury= =Questions à se poser pour répondre aux attentes du jury=

Version actuelle

Page en construction-




Cette épreuve constitue la première partie de l'oral d'admission du capes interne.

Déroulement de l'épreuve

  • Temps de préparation : 2 heures
  • Présentation du projet : maximum 30 minutes
  • Entretien en français avec le jury(de 3 examinateurs) : maximum 25 minutes


Pendant la préparation, le candidat doit élaborer un projet pédagogique de lycée ou de collège à partir d' un support pédagogique sur papier ou vidéo qui lui est imposé. Les candidats doivent être conscient que tout document est potentiellement utilisable à des niveaux différents. Ce qui fait son adéquation avec le niveau d’apprentissage envisagé réside dans l’exploitation,les objectifs, les connaissances et les compétences visées.

Questions à se poser pour répondre aux attentes du jury

[Cette liste a été élaborée d'après les rapports de 2012 et 2014, s'y rapporter pour plus de précisions.]. Les documents ont été retenus pour leur intérêt culturel et leur potentiel didactique et pédagogique et le choix du niveau collège ou lycée attribué ne doit pas être remis en cause par les candidats. Il ne s’agit pas non plus de contourner la difficulté du support en reposant la majeure partie de la séquence sur d’autres documents fictifs. Cela n’empêche pas de mentionner l’intérêt d’introduire d’autres supports pour élargir la thématique ou travailler des apprentissages spécifiques.


Les points suivants doivent être pris en considération :

1- Analyse du support

•Quelle est la spécificité du document ? Sa nature ? Son contexte  ?
•A qui s’adresse le support ?
•Quelle est sa thématique, quels sont ses enjeux ?
•Quelles activités langagières implique-t-il ?
•Que souhaite-t-on que les élèves comprennent ?

2- le repérage des obstacles et des éléments facilitateurs (s’il y en a…)

• Quelles stratégies proposer pour lever les obstacles (charge lexicale importante, références culturelles complexes à inférer ou pas, vocabulaire transparent ou pas,travail grammatical ou phonologique à proposer ?)
• Dans quelle mesure les obstacles et éléments facilitateurs peuvent-ils influer le choix du niveau ?

3- le choix d’une classe, voire, pour le lycée, d’une série ou d’une option

• Il faut justifier ce choix en prenant en compte la spécificité du document et la connaissance des programmes.

4- le choix des activités langagières

• Quelles activités langagières paraissent adaptées au contenu du document et la tâche finale choisie ?
• A-t-on pensé à varier les types d'échanges et à aller plus loin que le questionnement professeur / élève ?

5- le choix d’une « tâche finale »

• Quel est l’objectif final de la mise en œuvre des diverses activités ( « tâche finale » ?)? Quel est le lien avec le support ? (thématique, forme, contenu, etc.) •
• Est-elle contextualisée ? Est-elle l'aboutissement d'un scénario pédagogique?
• Quelle(s) activité(s) langagière(s) ont été choisie(s) pour arriver à la tâche finale ?

6- le choix des objectifs (culturels, linguistiques : lexicaux, grammaticaux, phonologiques, et méthodologiques)

• La définition de ces objectifs est-elle réaliste ? Prennent-ils bien en compte les prérequis et les besoins des élèves?)?
• Les objectifs correspondent-ils à la spécificité du document ?
• Les élèves ont-ils les outils nécessaires pour réaliser la tâche et a t-on suffisamment enrichi l’apport langagier ?
• N’a-t-on pas au contraire sous-estimé les acquis des élèves et manqué d’ambition en termes d’apport langagier ?

7-Mise en oeuvre

•Le nombre de séances est -il réaliste en fonction des activités proposées et des objectifs visés? ?
•Quelle gestion du temps?
•Comment aider les élèves à parvenir au sens?
•A quoi les activités proposées entraînent-t-elles réellement les élèves? Quels savoirs et quels savoir-faire permettent-elles de développer?
•Quel guidage proposer ?(= quelles consignes donner? Sont-elles claires et précises?)
•Que font les élèves? Sont-ils tous actifs?
•Dans quelle configuration travaillent-ils ? (individuellement, par deux, en groupes, en classe entière) ? Ce choix est-il cohérent avec les objectifs visés ?
•Quel est le temps imparti, a priori, pour les différentes activités ?
•Que fait le professeur lorsque les élèves travaillent en autonomie ou en groupes?
•Comment le professeur utilise-t-il le tableau ?
•En quoi la mise en œuvre prépare-t-elle les élèves à la tâche?
•Les activités sont-elles suffisamment variées?
•Quel travail donner à la maison afin que l’élève puisse réactiver le contenu du cours ou effectuer un travail de recherche guidé?


8 -l’évaluation

•L’évaluation proposée vérifie-t-elle l’acquisition des outils linguistiques et méthodologiques mis en œuvre au cours de la séquence?
•Selon les situations d’enseignement, on envisagera une évaluation diagnostique. Des évaluations formatives ou intermédiaires pourront jalonner le parcours d’apprentissage; elles renseignent professeur et élève sur le degré d’acquisition des savoirs ou savoir-faire et permettent d’envisager des stratégies de remédiation. En fin de séquence, l’évaluation de la tâche finale nécessite la mobilisation de tout ou partie des acquis. On sera attentif à la cohérence entre les objectifs annoncés et les critères d’évaluation. Il est également conseillé de donner avec précision au jury les consignes de la tâche finale et d’envisager une amorce des productions attendues.

Sujets d'annales des sessions précédentes